438 497-3512 rene@renearbour.ca

Message à vous mon ombre, message à vous toutes mes peurs,
que j’ai porté partout, presque toujours sans trop d’encombre.
À vous qui êtes oui, ce que j’étais destiné à devenir,
Si on avait su m’apprendre comme prévu, à ne pas dire.

Mais non je parle et vous dis merde!

Non je n’enfilerai plus de genoux pour marcher jusqu’à vous.
C’est maintenant debout que moi lui, il peut t’affronter au vous.

S’il est vrai que je ne suis plus la même personne,
Il serait faux de dire que plus rien ne m’étonne.
Plus peur maintenant de ne finir qu’avec rien.
La victoire elle aussi, m’effraie de moins en moins.

Et puis moi le devenant, je ne tombe presque plus.
Ou quelques fois par oubli, ventre à « taire » et un peu perdu
Je me relève chaque fois, mais je n’enfile plus de genoux,
Comme c’était la loi, chaque fois que je devais revenir à vous.

Non je n’enfilerai plus de genoux pour marcher jusqu’à vous.
C’est maintenant debout que moi lui, il peut t’affronter au vous.

Arrivait-il vraiment à l’occasion, que vous me manquiez?
Oui. Certains jours de gloire où la lumière vous avait camouflé.
Craignant de vous retrouver à chaque détour, tel un cafard
Vous qui déjà n’y êtes plus, dès qu’exposé au moindre phare.

Si un jet de lumière à tous coups, devient votre maître,
moi lui, même entêté, ne peut que tenter de vous faire mal paraître.
Moi lui, il ne vous fera pas dessus, essayez donc de parfumer de l’ombre,
lumière revenue, lui montrerait qu’il n’a pas largué de bombe.

Un tel geste j’en ai peur, ne saurait-être juste ni satisfaisant,
tenant compte surtout que ce pourrait devenir un peu salissant.
Moi lui, s’engagerait-il à semer la paix en petits bouquets, par cet outrage,
risquerait fort de ne récolter qu’une drôle d’odeur, en plein visage.

Non je n’enfilerai plus de genoux pour marcher jusqu’à vous.
C’est maintenant debout que moi lui, il peut te causer au vous.

À vous mon ombre, mais surtout à vous toutes ces peurs,
J’annonce choisir le risque, je le préfère à la torpeur.
À coup de coeur, je vous oppose toute la lumière,
Cueilli en route et celle parfois, volée aux pierres.

Oui célébrer la vie, même en sachant que vous y êtes.
Je n’enfile plus de genoux, non mais parfois un chapeau de poète.
Pour aller plus près de nous, ombre et lumière, en tête à tête.
Et m’enllumer coup sur coup, tête sur un genoux, après la fête.

Non je n’enfile plus de genoux, pour marcher jusqu’à vous,
C’est maintenant debout que moi lui, il veut te parler tout doux.

Questions | Commentaires

Nous détestons tous et toutes ce genre de popup intempestif. Mais je dois vous le dire...

Tous les commentaires et toutes les questions sont lus.

Comme ces retours me sont vraiment précieux, je me permets de vous demander ce service.

Un court message qui dit: "Je cherchais quelque chose de précis, mais n'ai pas trouvé". Ou "Je t'envoie un courriel sous peu". Ou encore " J'ai perdu mon temps et suis frustré". Ce pourrait aussi être "Je n'aurais pas dit telle chose comme ça".

Je n'insiste pas plus. Vous devrez aller dans l'onglet "Contact" pour me laisser ce commentaire. Fermez simplement cette fenêtre. Elle ne vous importunera plus. Aucune autre fenêtre ne viendra interrompre.

Sans blague, les retours font mes journées. 

Merci d'avance.

Merci pour ce message

Share This

Partager

Merci de me faire connaitre

jQuery(function ($) { $( document ).ready(function() { // tab if (typeof openers.tab !== 'undefined') { var tab_element = '#Onglet-experience .' + openers.tab + 'a'; $(tab_element).click(); $("html, body").animate({ scrollTop: $('#Onglet-experience').offset().top }, 1000); var open_tab_anchor = $('#open-tab-recherchiste a'); open-tab-recherchiste.on('click', function(event){ $('#Onglet-experience .et_pb_tab_1 a').click(); $("html, body").animate({ scrollTop: $('#Onglet-experience').offset().top }, 1000); } }); }); });